LA COMPAGNIE

LA BASE naît en 2016 de la nécessité de dialoguer avec la société, penser et créer autour de questions que soulève la construction des identités, en particulier au moment de l’adolescence, grâce aux outils du spectacle vivant. Notre première initiative a été de nous tourner vers l’élaboration d’ateliers autour du processus de « construction de soi ». En partenariat avec Citoyenneté Jeunesse, nous avons mené plusieurs stages de théâtre avec de nombreux collèges de Seine Saint-Denis afin de questionner ce thème, avant de porter à la scène une première création, PLACE, en 2018.

Notre travail artistique se fonde sur l’écriture contemporaine, celle de Tamara Al Saadi, autrice et metteuse en scène qui met au centre de nos projets artistiques la question des langues et des langages ainsi que la direction d’acteur comme piliers de ses mises en scènes. Avec des dispositifs scéniques légers, les corps des comédiens sont les premiers porteurs d’histoires, la géographie scénique est pensée au travers du prisme des espaces entre les corps et le vide est le premier terrain de jeu de ses créations.

Depuis 2021, le Théâtre de Rungis et à l’Espace 1789 de Saint-Ouen, scène conventionnée pour la danse accueillent LA BASE en résidences triennales. En 2021, 2022 et 2023, le PIVO – Théâtre en territoire, scène conventionnée d’intérêt national convie la compagnie pour une résidence itinérante dans le Val d’Oise. Tamara Al Saadi est artiste associée au Théâtre des Quartiers d’Ivry – CDN du Val-de-Marne depuis janvier 2021 et au Théâtre Dijon Bourgogne – CDN depuis septembre 2021.

PLACE, créée pour le Festival Impatience 2018 lors duquel elle remporte le prix des Lycéens et le Prix du Jury, aborde la question de l’assimilation et du racisme ordinaire.

Le spectacle, actuellement en tournée en France, en Belgique et en Suisse, a été présenté au Festival d’Avignon 2019 et a fait l’ouverture du Lebanon’s European Theatre Festival à Beyrouth en septembre 2019. La tournée du spectacle offre très fréquemment l’occasion de rencontres et ateliers avec le public et les scolaires.

Dans cette même dynamique, Brûlé.e.s qui traite de la stigmatisation des jeunes de banlieues sera créé au CENTQUATRE-Paris en février 2021 et porté par cinq jeunes comédiens récemment sortis de grandes écoles. Afin de développer les espaces de réflexions sur les sujets traités, nous tissons des partenariats avec les CDN de Reims et de Vire par de résidences de création en établissements scolaires. Celles-ci permettent de proposer des ateliers autour du spectacle et conduiront les élèves à contribuer directement à la création de la pièce en participant aux répétitions.

La saison 2021/2022 marque la poursuite de notre projet artistique avec la création d’ISTIQLAL à l’automne 2021 au Théâtre des Quartiers d’Ivry – CDN du Val-de-Marne, également écrite et mise en scène par Tamara Al Saadi. Ce spectacle traite de la décolonisation des corps féminins et de l’impact de l’orientalisme sur les sociétés occidentales.

L’ÉQUIPE

Tamara Al Saadi

Se jeter dans les mots et le théâtre ou s’engager dans des combats politiques ? Tamara Al Saadi choisit les deux. Autrice, comédienne et metteuse en scène franco-irakienne, elle articule son travail entre la recherche en sciences sociales et la création théâtrale. Diplômée de l’école des arts politiques de Sciences Po Paris, elle cofonde MYST, un collectif interdisciplinaire dont les recherches portent sur les frontières dans les conflits contemporains, et est membre de l’ensemble artistique de la Comédie de Saint-Etienne. En 2018, elle remporte le prix des Lycéens et le prix du Jury du Festival Impatience avec sa pièce PLACE. En février 2021, elle présente Brûlé.e.s dans le cadre du Festival Les Singuliers du CENTQUATRE – Paris. Sa nouvelle création, ISTIQLAL, verra le jour en novembre 2021 au Théâtre des Quartiers d’Ivry -CDN du Val –de-Marne.

Mayya Sanbar

Après une année de classe préparatoire artistique à l’ESAG-Penninghen, Mayya Sanbar entre au conservatoire du Xe arrondissement de Paris en 2007. Elle intègre l’École du Jeu deux ans plus tard dont elle sort diplômée en 2012.Après une année au Liban en 2013, Mayya entame sa collaboration avec Clara Hédouin autour du projet Suspended Beirut. Elles s’intéressent aux lieux abandonnés de la capitale libanaise ainsi qu’aux différents exils qui la traversent. Elle multiplie ensuite les stages avec de nombreux artistes comme Rachid Ouramdane, Caroline Guiela Nguyen, Stéphane Braunschweig ou Chloé Réjon dans le cadre du programme 1er Acte. Elle joue dans différentes pièces et court-métrages, notamment sous la direction de Linda Duskova au Nouveau Théâtre de Montreuil. En 2018, elle travaille avec Gwenaël Morin au Théâtre Nanterre-Amandiers ainsi qu’avec Léna Paugam et Julie Bertin pour deux créations du Lynceus Festival. Mayya tient le rôle de Yasmine 1 dans PLACE.